fbpx

Être artiste sur les réseaux sociaux avec Marianne Goffard

11 Mar 2024 | Entrepreneuriat

Le parcours de Marianne pour rayonner en ligne en tant qu’artiste

Plongez dans l’univers coloré et passionnant de Marianne Goffard, artiste peintre pleine de vie et d’authenticité. Dans cette interview captivante, Marianne nous dévoile son parcours artistique, sa relation unique avec les réseaux sociaux, et ses conseils précieux pour les artistes en herbe. Entre moments de doute, succès inattendus et une sincérité rafraîchissante, découvrez comment Marianne se distingue sur la toile tout en restant fidèle à elle-même. Installez-vous confortablement pour cette conversation chaleureuse et inspirante avec une artiste qui fait de chaque création une invitation au rêve.

Vanessa Lopes : Bonjour Marianne, peux-tu te présenter et présenter ton activité ?

Marianne Goffard : Il y a presque 10 ans j’ai commencé à peindre pour moi, pour me retrouver. C’était un moment de créativité qui m’apportait beaucoup de calme. En effet, j’étais aidant-proche de ma maman qui avait la maladie d’Alzheimer. Je m’occupais d’elle tous les jours et puis de mes quatre enfants. À cette époque, j’avais perdu mon boulot et mon quotidien était très stressant. De fil en aiguille, j’ai intégré un atelier partagé à Genappe, puis j’ai commencé les expos et parcours d’artistes et j’ai même ouvert une galerie d’art pendant deux ans au sortir du Covid. J’essaye maintenant d’exposer de plus en plus à l’étranger. Mes créations sont très reconnaissables et symboliques pour moi. Ce sont des toiles rondes qui représentent des paysages ou des planètes imaginaires et qui me font rêver.

VL : Est-ce que tes clients sont tous sur les réseaux sociaux ?

MG : Non, et je viens de me rendre compte récemment de l’importance de la newsletter. Ce n’est que la deuxième que je fais et j’ai déjà vu la différence au niveau du taux de participation à mes expos. Tout le monde ne passe pas son temps sur son smartphone. Par contre, les gens sont très contents de recevoir un mail avec les infos sur mes prochains events.

Deux grosses difficultés pour moi : récolter les mails et travailler sur Mailchimp. Mais comme pour tout, j’apprends sur le vif et j’essaye de m’améliorer.

VL : Quels réseaux sociaux utilises-tu pour promouvoir ton art ?

MG : J’ai une page Facebook sous mon nom d’artiste et un profil privé sous mon nom Marianne Anciaux (c’est dingue le nombre de personnes qui me contactent aussi par ce biais). Je suis également sur Instagram, LinkedIn, TikTok et récemment, sur Thread.

Je ne les utilise pas de la même manière et j’essaye de publier du contenu différent pour ne pas lasser ceux qui me suivent. Je me rends compte que le public est très différent selon les réseaux mais au final, j’ai mes fans sur chacun d’entre eux.

Mes deux favoris sont Instagram et Facebook (avec plus de Reels sur Instagram).

J’aime beaucoup publier des stories de mon quotidien, de mon atelier, mais aussi de mon chien. Mes followers aiment suivre ses aventures. Je parle de moi, de mes expos mais pas que, j’aime aussi mettre mes amis à l’honneur. Que ce soient les artistes avec qui j’expose, les écrivains belges que je lis, les restaurateurs en grande épicurienne que je suis mais aussi les associations que je soutiens.

J’essaye de ne mettre que des informations relatives à mes expos sur Linkedin. On m’a récemment fait la remarque que c’était un réseau pro. Et en même temps, j’ai un grand nombre de vues sur des posts dans lesquels je parle de moi.

Sur Tiktok je m’amuse à tester des montages. Mais j’avoue avoir beaucoup moins de followers. Par contre, je ne résiste pas à scroller pour m’inspirer.

Récemment, j’ai créé un compte Thread. J’y publie plutôt une photo avec une légende plus directe. Une question, une citation, une pensée que je ne développe pas. Je n’ai que 156 followers donc à voir.

VL : Quels sont les principaux défis rencontrés en tant qu’artiste sur les réseaux sociaux, et comment les as-tu surmontés ?

MG : Faire face à certains commentaires. Je suis toujours étonnée quand les gens donnent leur avis méchamment. Si je n’aime pas un post je ne vais pas perdre du temps à écrire quelque chose de négatif. En même temps quand on a une page publique on doit s’y faire. J’essaye de répondre gentiment car je comprends très bien qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et puis si ils persistent je les bloque et passe à autre chose.

VL : Peux-tu nous parler d’une publication ou d’un moment particulier sur les réseaux sociaux qui a eu un impact significatif sur ton parcours artistique ?

MG : Un de mes derniers post était sur ma sélection à une biennale artistique en France. Je l’ai posté juste pour annoncer l’event. Et là, déferlante de likes et de commentaires plus positifs les uns que les autres. Ça m’a réellement touchée. Je me dis souvent que mes followers ne voient pas ce que je publie et bien c’est faux et tant mieux. C’est vrai que dans l’absolu j’aimerais plus de likes mais souvent on me dit « Waouh tu cartonnes, j’ai vu ton actualité » et là je suis toute surprise.

VL : Comment fais-tu pour te démarquer des autres artistes également présents sur les réseaux ?

MG : Je suis moi. Simple et naturelle. Je n’essaye pas d’avoir un fil épuré ou aux couleurs pantone de l’année. Je publie ce que je fais avec passion et partage mes moments de joie mais aussi de fatigue et de doute. Je suis sincère et j’ose me montrer sur les réseaux.

D’ailleurs j’obtiens toujours plus d’engagement quand je montre le bout de mon nez.

VL : Quels conseils donnerais-tu aux artistes qui souhaitent se lancer sur les réseaux pour promouvoir leur art ?

MG : C’est une très bonne question. Je crois que ce que j’ai appris c’est de ne pas se comparer, ni au niveau du style artistique ni au nombre des followers ou des publications. Le plus important, c’est de ne pas trahir sa personnalité et se constituer une communauté bienveillante qui, avec un peu de patience et de régularité, va s’accroître au fil du temps.

VL : Un immense merci pour tes précieux conseils ! Où peut-on te retrouver ?

MG : Merci Vanessa de m’avoir invitée à témoigner. J’avoue que j’aime beaucoup te suivre pour ton authenticité et tes bons conseils.

Pour me trouver c’est facile ! J’organise au mois de mars une exposition à Bruxelles, en avril je serai à Barcelone, en mai à Tours et en juin à Aix en Provence ainsi qu’au Sablon. Toutes les informations se trouvent sur mes réseaux ainsi que sur mon site web. Il est également possible de s’inscrire à ma newsletter. Pour cela, il faut m’envoyer un mail à l’adresse marianne@goffard.com.

Et voilà, cette entrevue avec Marianne touche à sa fin ! Avec sa sincérité et ses conseils inspirants, elle nous rappelle l’importance de rester soi-même sur les réseaux sociaux. Entre les moments de joie, les doutes et les succès surprises, Marianne nous offre un vrai petit bijou d’authenticité. Que vous soyez un amateur d’art ou un artiste en herbe, ses conseils chaleureux sont comme une bouffée d’air frais. Alors, pour ne rien manquer des prochaines aventures de Marianne, suivez-la sur ses réseaux sociaux et assurez-vous d’être au rendez-vous pour ses prochaines expos. Un énorme merci à Marianne Goffard pour cet échange !


Vous aimerez également

L’importance de la photo pour ton business avec Émilie Valet

L’importance de la photo pour ton business avec Émilie Valet

Les conseils d'Émilie pour utiliser la photo dans ta communication Sous le regard bienveillant de la lentille, nous plongeons dans l'univers captivant d'Émilie Valet, une photographe passionnée par la magie qui émane des femmes. Au cours de cette entrevue, nous avons...

À la rencontre de Valérie Gilson, couturière et créatrice

À la rencontre de Valérie Gilson, couturière et créatrice

Quand l’upcycling devient de la haute couture Bienvenue dans l'univers captivant de Valérie Gilson, une couturière et créatrice qui insuffle une nouvelle vie à la mode à travers son approche unique de l'upcycling. Dans cette interview exclusive, Valérie partage son...

Pour laisser un commentaire, c’est juste là !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *